Le nord de la France pendant la guerre : les écoles témoignent

Lors de la Première Guerre mondiale, certaines régions de France sont très touchées par les combats et destructions. Les plus grandes batailles, les bombardements touchent les régions frontalières avec la Belgique et l'Allemagne. Certaines parties du territoire français sont même occupées par les troupes et autorités allemandes. Les premiers affrontements de cette guerre se déroulent en Belgique et dans le Nord-Est de la France. L'Angleterre envoie son Corps expéditionnaire, une force de 70 000 hommes pour participer dans la guerre au front Belge. Suite à l'échec allemand d'envahir la France après la Bataille de la Marne en septembre 1914, la mer du Nord devient le nouvel enjeu et les armées se lancent dans la "course à la mer". En octobre, Lille tombe sous la domination allemande. En décembre, le front de la guerre se stabilise, laissant une quinzaine de départements français sous occupation allemande. Il s'étend du Nord au Sud du Pas-de-Calais, la Somme, l'Oise puis d'Ouest en Est de l'Aisne, la Marne, la Meuse, les Vosges et le Haut-Rhin. Ce front reste stable malgré des luttes acharnées jusqu'en 1917. Le 11 novembre 1918 l'empire allemand est vaincu et les territoires occupés sont libérés dans leur totalité.

Les archives du fond de l’Académie de Lille conservées par la BDIC nous permettent de développer toute la problématique de l'occupation allemande mais également de de mesurer l'influence qu'ont eues la guerre et la présence des soldats alliés sur la population civile, en particulier sur la vie des professeurs et des élèves des régions du nord de la France.

 

Les documents de ce dossier sont extraits d'un fonds composé de 12 cartons, 500 dossiers et 3850 pièces. Ce fond produit par l'Académie de Lille est conservé par la BDIC depuis le don effectué par le recteur de l'Académie de Lille en avril 1924. Il s’agit d'une collecte effectuée en 1920 auprès des enseignants et des élèves et de leurs familles à l'occasion d'une enquête promue dans l'Académie de Lille, académie qui s'étendait à cette époque sur cinq départements (Aisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais, Somme). Cette enquête, via un questionnaire, assorti de la demande d'envoi de documents, devait servir à organiser une exposition qui devait se tenir sur le site de l'Exposition Internationale de Lille, et ensuite à alimenter les collections de la Bibliothèque Musée de la guerre, qui donnera par la suite naissance à la BDIC. L'enquête fut lancée en avril-mai 1920, le terme pour l'envoi des formulaires étant fixé pour le 31 mai 1920. Le fonds a été retrouvé au début des années 1990, il était contenu dans 11 cartons numérotés.

Les documents sont donc des réponses manuscrites d'élèves ou de professeurs aux questionnaires adressés par le recteur de l'Académie de Lille.

Il y a deux questionnaires différents, un pour les territoires occupés par les armées allemandes, un autre pour les territoires qui ont eu des rapports avec les troupes alliées : 

Pour les territoires occupés, les questions sont les suivantes :

-  La date et la prise violente ou pas de la ville ;

-  L’attitude de l'autorité militaire à l'égard de la population pendant les premiers jours et dans la suite de l'occupation ;

-  D’éventuels propos authentiques tenus par des officiers qui seraient caractéristiques de leur état d'esprit ou de celui de l'opinion publique en Allemagne à cette époque ;

-  Si l'autorité ennemie a donné des ordres qui témoignent d'un système de « guerre au civil ;

-  Si des officiers ou inspecteurs allemands ont prétendu contrôler l'enseignement, si ils sont rentrés dans les écoles et si il y a eu des échanges avec des élèves 

-  Si les élèves ont été forcés à des travaux manuels et si oui, ont-ils eu des attitudes dignes de remarque ;

-  L’attitude générale des élèves à l'égard des troupes ;

-  Si le séjour des troupes allemandes a influencé la langue locale, si des mots allemands sont restés et s'ils paraissent persister.

 Pour les territoires qui ont eu des rapports avec les troupes alliés, les questions portent sur:

-  L’occupation territoriale des troupes (leur origine) ;

-  La date d'éventuels combats qui se seraient déroulés sur le territoire ;

-  Le rapport entre les soldats et les enfants ;

-  L’influence linguistique des soldats.

 

Dossier réalisé par Mehdi Housseini et Angel Aguado, étudiants de L3 Histoire. Projet "Histoire en action". Université Paris-Nanterre

 

PDF Imprimer ou exporter en PDF
Aucun commentaire.

Se connecter

Contactez-nous